Et maintenant… il faut y retourner

Voilà 11 mois que j’ai quitté mon poste, mon bureau, mes collègues, mon chef ! Je me souviens encore de l’annonce de mon projet de partir à l’étranger dans le cadre d’une année sabbatique, des longues semaines d’attente pour avoir le résultat puis, du jour où j’ai su que c’était bon. C’était bon non seulement pour moi mais aussi pour lui, pour mister ! Nous allions enfin pouvoir vivre cette aventure que je rêvais depuis un petit paquet d’années, cette expatriation dans un coin du globe encore totalement inconnu pour moi : à nous l’Amérique du nord ! Vivre cette aventure sans peur du retour concernant le côté financier : nous pouvions “tout claquer” sachant que nos postes nous attendraient !

Je me souviens de la dernière semaine, pas de remplaçante en vue ! Il n’y avait donc pas de passation de dossiers : GALÈRE. Le dernier jour c’était ambiance cool raoul, comme tous les départs me direz-vous ! J’avais prévu des crêpes et des pancakes pour tous les étages du building… bon ok j’exagère à peine mais en tout cas, à 18H il en restait encore un paquet ! Le sirop d’érable coulait à flots, la bonne ambiance et les bye bye étaient touchants. Je ne pensais pas à l’époque qu’ils me manqueraient.

Au début d’un tel congé j’étais tout simplement excitée. Quelle aventure allait donc m’attendre, qu’allai-je découvrir sur moi, sur les autres… Est ce que tout simplement j’allais aimer ça ? J’étais vraiment en mode “Waouh, j’ai eu les cojones de le faire”. ← oups mes origines espagnoles qui remontent ^^. Bref, méga fière la nana, vous voyez le genre ?

Un anglais approximatif, une micro connaissance des voyages sac à dos (1 semaine en Crète et 19 jours en Thaïlande, ça compte hein ?), un aller simple, 2 premières nuits chez une nana que je ne connaissais que d’internet (pas n’importe qui rassurez-vous mais que je ne connaissais “pas assez ” et ça inquiétait ma mère !), respectivement 30 et 40 kilos sur le dos, le devant… BREF la cata sur le papier et pourtant je n’étais pas du tout stressée.

Il aura fallu attendre qu’une semaine pour ne plus savoir quel jour on était & un peu plus pour oublier quelques anniversaires : mille excuses encore les copains ❤. Moi qui ai toujours eu “une mémoire d’éléphant” comme disent mes parents, parfois je me souviens de trucs si dérisoires…. incroyable. Dès le début j’ai eu l’impression que le temps passait à une de ces vitesse ! Quand je pense qu’aujourd’hui j’y retourne… mais où sont passés les 11 derniers mois ?

Et bien pour répondre à cette question je dirais : Au Canada, Aux USA mais aussi en Alaska. Ils sont passés par de merveilleux paysages, de superbes rencontres, des aventures incroyables, du dépassement de soi, de la confiance en l’autre, des prises de bec parfois (mais si, il en faut) mais du sourire et de la volonté pour surmonter tout ça. Un peu plus de 8 mois là bas puis 3 ici. Nous sommes rentrés plus tôt que prévu entre la grossesse annoncée de ma sœur (petite parenthèse la petite est née fin janvier… fallait que je vous le dise ^^ et ça, ça met des étoiles plein les yeux & dans le bidon ❤ ), l’envie d’ENFIN se poser de mister figolu, l’argent qui fondait comme neige au soleil… bref, après en avoir longuement parlé, le plus simple et le mieux pour nous était de rentrer même si je dois être honnête avec vous, pour ma part, si j’avais pu, j’aurais poussé le truc au maximum !

Ces 3 mois je les ai beaucoup moins bien vécus que les 8 précédents. Nous avons pu passer du temps avec nos familles, certes, nos amis même mais il me manquait un truc : la découverte quotidienne qui m’animait et me mettait des étoiles dans les yeux les 8 premiers mois, où était-elle donc passée ? 

Cette année sabbatique, grrr ça me gave cette appellation ANNÉE car non la période maximum qui peut être prise c’est 11 mois, 11 mois bordel, c’est 1 mois de mois qu’une année et sachez que ce mois supplémentaire je l’aurais bien rajouté, histoire de repartir un peu ^^ . Comment ça je n’ai pas le budget ? ah oui…. bon et bien je me contenterai de 11 mois.


Je suis désolée fallait que ça sorte !

moi

Je me suis rendue compte que j’aimais beaucoup voyager, non pas 2 semaines à l’étranger l’été pour découvrir un pays mais plus longtemps pour créer quelque chose avec les locaux, pour vraiment vivre le côté immersif de l’aventure. Le mode Roots et road trip/sac à dos ne me fait pas peur, c’était une incroyable façon de voyager. J’ose désormais faire du STOP (enfin du pouce pour les québécois). Le fait de ne pas savoir où je vais dormir le soir même ne m’angoisse pas (incroyable!). BREF, j’ai changé ! Ces 11 mois ont changé ma vie, ma façon de voir certaines choses. Ils m’ont fait prendre conscience de notre entourage familial et amical, de ceux que l’on prend plaisir à voir, qui nous manquent, de ceux sur qui on peut compter…  des vrais. Ces 11 mois je ne les regrette pas. Il me faut maintenant me reconstruire une routine, trouver un appart, me refaire une santé financière et penser futur mais… chaque chose en son temps.

Demain j’y retourne et c’est non sans une certaine nostalgie. Je sais d’un côté qu’une aventure comme ça, dans de telles conditions et à mon âge (oui fallait que ma crise des 30 ans arrive !) ne se vit qu’une fois et d’un autre côte je n’ai pas du tout peur d’y retourner. Je déchanterai peut être, verdict vendredi prochain mais là, maintenant, tout de suite… alors que je m’apprête à monter dans ma voiture pour me rendre au boulot je n’ai pas peur, j’ai même hâte !

A tout de suite les collègues.

x

Comments

Exprime toi !

%d blogueurs aiment cette page :