Allumer le feu !

Comme nous vous l’expliquions dans notre article précédent nous avons migrés de l’ile de Manhattan vers le New Jersey et cette histoire se passe dans notre nouveau logement, le premier matin. Personne n’est là (le proprio est parti pour le week-end et nous a laissé les clés & le couple d’allemand est invisible), nous en profitons pour nous préparer un bon petit déjeuner avec notamment des tranches de bacon grillées. Ici le bacon c’est un tranche d’environ 18cm de long pour 3mm d’épaisseur (avant cuisson) ! On commence à mieux comprendre les problèmes de poids qui ravagent les U.S…

Crédit photo : grubgrade.com/
Crédit photo : grubgrade.com/

Le temps de trouver et de laver (car tout était loin d’être propre…) la poêle de notre hôte, nous nous lançons dans la cuisson.

Au bout de quelques minutes les premières fumées apparaissent. Nous mettons en route la hotte déjà pleine de graisse de la cuisine. Quelques instant plus tard, voyant que la fumée continuait d’envahir l’appartement, Mister Figolu se décide à ouvrir la fenêtre de la cuisine. On peut dire qu’il a réussi sa mission quand celle ci lui est restée dans les mains … cela va nous permettre de nous rendre compte qu’aucune fenêtre ne se verrouille correctement et que n’importe qui peut rentrer dans l’appartement en poussant la fenêtre de l’extérieur. Sympa pour nos affaires …

Bacon-2

Mister Figolu décide de “tenir” la fenêtre afin que l’air puisse circuler quand soudain TADA le détecteur de fumée se met en route ! Le nuage graisseux venait d’arriver aux chambres ! On ne perd pas de temps, on attrape une chaise, on repère le détecteur, on l’enlève de son socle mural, le tournons dans tous les sens afin qu’il se taise et avant que quelqu’un n’appelle les pompiers !

*Premier pic de stress* ça hurle plus que fort un détecteur ! Surtout quand on est juste en dessous en train de le trifouiller dans tous les sens pour qu’il ferme sa g***** !

La machine infernale est maintenant sur “off”, nous ouvrons toutes les fenêtres de l’appartement en prenant soin de créer un courant d’air pour éliminer les odeurs. C’est au moment où nous allions enfin pouvoir passer à  table que des sirènes d’un camion de pompiers se sont mises à retentir au loin. Et là, le monde s’est arrêté pour nous quand on comprend que le camion se rapproche et qu’il est dans la rue !

*Second pic de stress* : imaginez vous chez un inconnu qui est parti pour le week-end, avec des pompiers en train de défoncer la porte à coups de hache car un voisin bienveillant vient de les alerter suite à un détecteur venant de se déclencher parce que votre bacon fait trop de fumée !

pompier

Voilà ce qui nous est passé par la tête à ce moment là. Quand la sirène du camion s’est de nouveau éloignée, la pression est retombée et nous avons pu savourer nos tranches grillées dans un grand fou-rire plus que nerveux !

 Quelle aventure ! Pas sûrs de manger les restes de bacon les jours suivants ! Et tout ça c’est sans compter sur l’histoire qu’il nous est arrivée le lendemain …

v

Comments

Exprime toi !

%d blogueurs aiment cette page :