Hier soir au théâtre : La peur

Bon soyons honnête, je ne suis pas allée voir cette pièce hier soir mais la semaine dernière avec une amie (coucou Mél.). En ce moment le théâtre Michel, que je ne connaissais pas et qui est petit mais très joli, fait beaucoup parler de lui avec une nouvelle de Stefan Zweig, La peur, adaptée et mise en scène par Elodie Menant. Une histoire dramatique presque hitchcockienne qui nous emporte tout du long…

la-peur

L’histoire 

Irène, mère au foyer, trompe son mari, Fritz, avocat pénal. Un soir, une femme l’interpelle à la sortie de chez son amant. Elle prétend être la petite amie de ce dernier, interdit à Irène de revenir le voir et lui réclame de l’argent en échange de son silence. Dès lors, Irène vit dans la hantise que son mari apprenne sa liaison.
Digne d’un roman à suspense, la pièce se déroule au rythme haletant des angoisses de cette femme, adultère traquée par l’étrange compagne de son amant. On assiste à la dégradation inexorable d’un couple qui ne se comprend plus…
Mensonges ? Manipulation ? Hallucinations ?
Comment garder le secret et échapper à cette tourmente sans fin ?
Son couple vacille jusqu’au dénouement, véritable coup de théâtre.

Plongée dans les années 50, je me suis inspirée de l’univers d’Hitchcock et ai élaboré un décor mouvant. Elodie Menant

la-peur-2 la-peur-3

Notre avis 

Une histoire de couple, une histoire d’adultère. Irène et Fritz ont du mal à se comprendre, ils ne communiquent pas. Fritz, nous agace même dès la première scène alors qu’Irène veut écouter de la musique en prenant son petit déjeuner cela embête “monsieur” qui lui fait tout arrêter… Tout se passe dans les années 50, le décor est posé et les tenues d’Irène sont magnifiques (je veux les mêmes !!). A la suite de la première scène nous cautionnons presque le fait d’apprendre qu’Irène trompe son mari Fritz (presque j’ai dit) avec Edouard, son prof de piano,  tant leur couple n’arrive plus à communiquer. Mais une rencontre inattendue va venir perturber ce petit manège à tel point qu’au fil des scènes la peur de cette rencontre, d’avouer ses actes à son mari mais aussi la culpabilité de cette tromperie vont venir bouffer la vie d’Irène. Nous allons la suivre dans ses délires en nous demandant parfois si cela est réel ou juste dans sa tête. Les apparitions d’Elsa (la femme d’Edouard) sont machiavéliques, elle nous foutent littéralement la chair de poule que ce soit par l’ambiance sombre et pesante que par le reste. Well done !

Nous avons aimé le décor mobile, monté sur roulettes, qui permet vraiment de vivre plusieurs scènes. De la cuisine lumineuse au bureau de Fritz en passant par la ruelle… Tout y est. Nous ne nous attendions pas du tout à ce format de pièce et nous avons adhéré. L’ovation faite par le public en fin de spectacle ne fait que renforcer notre avis. ++ à la scène sur fond de “Tutti Frutti” où les comédiens se lâchent. Tonnerre d’applaudissements pour les 3 comédiens qui vivent vraiment la pièce, c’est incroyablement réaliste. “La peur” plaît, les comédiens ont un excellent jeu d’acteur, l’intrigue est bien ficelée et la chute intéressante ! Bref, BRAVO

Véritable Thriller psychologique qui vous emportera tout au long de la pièce jusqu’au final inattendu.

la-peur-4

Un grand merci à Xavier Chezleprêtre pour l’invitation ! 

Où : Théâtre Michel, 38 Rue des Mathurins, 75008 Paris
Quand : Du 7 octobre au 31 décembre 2016. Les jeudis, vendredis et dimanches à 19h, samedis à 19h15.

x

Comments

comments

Exprime toi !

%d blogueurs aiment cette page :