Qui veut voyager loin, ménage sa monture !

Montréal est très proche de la frontière avec les Etats-Unis, à vrai dire, toutes les grandes villes Canadiennes le sont … Il était trop tentant de ne pas franchir la frontière pour aller explorer quelques bijoux américains qui nous ont tant fait rêver au travers de nos petits écrans en France. C’est donc avec beaucoup d’originalité que nous avons choisi New-York comme première ville des U.S.

Ce billet portera sur l’aventure d’un trajet Montréal->New-York.

Amtrack

Tout d’abord, il faut choisir son moyen de transport ! L’avion est pratique et rapide mais il demeure cher et sans grande saveur au final, le bus quand à lui est le moyen le moins cher de voyager mais aussi le plus inconfortable (même si ils sont équipés de prises et d’une connexion internet), il reste une troisième solution qui se situe à mi-chemin : le train.                            Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack Amtrack

La ligne Montreal => NewYork est operée par la société Américaine Amtrack (des wagons tout en aluminium) et propose un billet à 68$ (le bus est à environ 50-60$ pour comparaison). Attention à ne pas vous faire surprendre comme nous … même si vous achetez votre billet aux Canada, celui-ci vous sera directement facturé en dollars US. Un petit oubli qui nous aura coûté 20 euros de plus que prévu !

DSC09062 DSC09063DSC09057 DSC09064 DSC09065

Le temps de trajet est similaire au bus c’est-à-dire une bonne dizaine d’heures normalement. Les assises sont larges avec de l’espace pour les jambes, des grandes tablettes, un dossier qui va presque à l’horizontal et un repose mollets. La grande classe! Si je reste vague quant au temps de trajet, c’est que cela dépend du temps d’arrêt au poste frontière ! C’est ici que commence d’ailleurs la magie des U.S ! La fameuse border patrol, monte alors à bord, il ne manque plus que la musique des experts pour accompagner leur arrivée. Plus personne ne peut monter ou sortir du train, il faut dire que nous sommes arrêtés en pleine voie ! D’ailleurs l’agent de bord Amtrack nous demande même de ne plus nous déplacer dans le train et nous informe que le wagon restaurant ferme pendant les contrôles (en fait les agents fédéraux s’y installent pour apposer les tampons d’entrée). 

Jusque là, les 3h de trajet étaient plutôt « no stress » pour nous. C’était même impressionnant et amusant de regarder le nombre d’aller/retour effectués par les voyageur vers le wagon restaurant, sans compter qu’à chaque fois ils revenaient les bras chargés de chips/boissons en tout genre et plats chauds. Il faut dire que les prix ne sont pas exorbitant : 1 café large nous a coûté 2 USD, ce qui est plutôt correct. Pour le reste, nous avions prévu notre repas avec quelques sandwichs + un paquet de gâteaux. Mister Figolu m’avait avertie qu’une fois les ‘ricains à bord cela ne rigolerait plus. Après une bonne heure arrêtés sur les voies nous comprenons que nous venons de passer la douane et allons subir le fameux contrôle. C’est en effet au moment précis de leur montée dans le train que les paroles de chéri-chéri ont pris tout leur sens ! A leur arrivée, notre film sur la guerre d’Irak était en pause sur le PC, Mister Figolu avait stoppé de mimer une mitraillette avec le trépied de son appareil photo et les têtes d’anges étaient de rigueur ! Grand sourire, no stress… ça va “forcement” bien se passer, non ?!?

Chaque voyageur est questionné par l’agent, environ 5 LONGUES minutes par personne. Ça semble interminable, j’ai un peu l’impression d’être à une interro d’école avec la trouille au ventre du fait de ne pas avoir révisé (imaginez…. alors que l’on ne risque de me demander que mon prénom/age ^^ Flippette). OUF, l’agent qui se dirige vers nous est plutôt souriant et a même un faux air de Bruce Willis, en jeune, ça rassure 🙂 (non je ne dis pas ça juste parce qu’il est chauve ^^). Vient donc enfin / déjà notre tour, il se dirige lentement vers nous, nous ne faisons pas les malins. Je n’avais pas imaginé être refusée à l’entrée sur le territoire avant ce moment précis. Le voir là, devant nous, avec « décision d’entrée ou non » m’a mis une sacrée pression ! Le voici donc qui commence sont interrogatoire : 

« votre nom ? »

« votre date de naissance ? »

« voyagez-vous ensemble ? »

« raison de votre venu en aux US ? »

« combien de temps restez-vous ? »

« Avez-vous votre billet pour quitter notre fucking wonderful pays espèce de parasite ? »

« Comment ça vous n’avez pas de billet ??? Comment comptez vous repartir ? »

 « votre nationalité ? »

Français ? Ok, merci de vous rendre au wagon restaurant.

Je n’ose même pas imaginer le traitement réservé aux personnes latines à la frontière sud U.S… 1ère étape ok mais il en reste d’autres ! Nous nous rendons donc à la fameuse voiture pour remplir un nouveau document et subir un nouvel interrogatoire :

« d’où venez vous ? »

« je vois que vous avez un permis de travail, travaillez-vous au Canada ? »

« Vous ne travaillez pas ? Comment financez-vous votre voyage ? »

Des questions simples mais qui dans le contexte peuvent mettre sous pression !

OUF tout à l’air en règle. L’agent appose le tampon sur nos passeport et il ne reste plus qu’à régler les frais de dossier… 6 USD par personne ! C’est là que commence notre gros moment de solitude quand l’agent nous dit qu’il ne prend pas les dollars canadiens (CAD), que la personne chargée de faire du change nous informe qu’il ne prend que les billets (nous n’avions que des pièces …bien entendu) et que le règlement par CB est impossible ! SMILE / moment de panique ON ! La border patrol fut « cool » en nous laissant un peu de temps pour trouver une solution. Ils ont même fait de l’humour : « Nous ferons une annonce dans le train en disant que le train ne repartira pas tant que vous n’aurez pas votre monnaie, ça devrait motiver des gens à vous aider ! ». Une dame assise non loin de là nous proposa gentiment de nous faire du change. Yeah, New York here we come !!! Moment de panique OFF, l’hôtel était déjà réservé et non remboursable 😀 alors ça aurait été dommage de se voir refuser l’entrée aux USA.

Nous sommes repartis, rassurés, la pression retombant et nous avons pu profiter du reste du voyage, à l’aise dans nos sièges spacieux ! Les paysages traversés sont magnifiques ! Au mois de Mars, les grands lacs sont encore gelés, on peut voir des montagnes enneigées au loin. Les première habitation U.S apparaissent avec toute la panoplie : maison en bois juste ÉNORME, moto neige au pied du garage, gros 4×4, drapeau U.S qui flotte au dessus de la porte d’entrée ou dans le jardin, bref, à l’américaine.

En conclusion ce voyage en train est un peu plus cher que le bus mais tellement plus sympa, ce qui est sûr c’est que nous ne regrettons pas notre choix !

Informations :

Site Amtrack

DSC09072

.

Comments

Exprime toi !

%d blogueurs aiment cette page :