Etape 5 – Le sud : Railay (2/2)

article précédent : L’arrivée au sud : Krabi (1/2)

s

Au bout de la promenade, dernier hôtel avant la jungle, on trouve le Railay Great View. Après d’âpres négociations avec le réceptionniste de l’hôtel, nous parvenons à un accord pour rester la nuit. Le changement de mentalité est radical. Nous sommes bien en zone touristique. Les prix s’affolent et on commence à vous regarder de haut.
ATTENTION : Je vous conseille de toujours regarder les prix sur internet car bien souvent ceux affichés sont différents. Ce fut le cas de cet hôtel ! J’ai alors décidé de montrer l’offre internet au réceptionniste qui n’était pas content de ma méthode et nous a indiqué qu’il y avait une taxe de 200 Baths à payer en plus du montant indiqué sur Booking (???)… C’est faux bien entendu mais fatigué de notre périple et désireux de nous jeter dans l’eau nous décidons de poser bagages et d’accepter la proposition. La chambre est superbe, la grande classe : on en prend plein la vue ! Grand lit, belle salle de bain, magnifique vue et un balcon à couper le souffle. Nous comprenons le prix même si nous arrivons à la fin de notre séjour et devons compter les Baths. Une bonne douche et nous voilà partis en direction de la plage : 15 min suffisent pour rejoindre les 2 bouts.

*

Vite fatigués nous décidons de ne pas rester trop tard en ville et adoptons la vie des expatriés en mettant TV5 monde. Tiens, ils passent Plus Belle La Vie. Il nous faut récupérer, la nuit doit être réparatrice. Nous sommes tellement épuisés que l’affreux bruit, en continu, des taxi-boat ne nous empêche pas de dormir.

Au réveil, les marques de fatigue commencent à s’estomper sur mon visage, ouf, nous sommes quand même en vacances !!! Nous allons prendre un petit déjeuner copieux, à l’image du Resort… Buffet à volonté  MIAM ! Le temps n’est pas extra et nous rappelle que partout en Thaïlande nous sommes logés à la même enseigne à l’exception près que sur une île, il n’y à pas grand chose à faire/ visiter. Nous préparons nos sacs et décidons de changer en traversant “la jungle” afin d’atteindre la ville de Tonsaï (plus jeune, moins bruyante selon les guides touristiques) située à une 20aine de minutes à pied. Fini le confort et le pseudo luxe des hotels de Railay Est, ici, ce sont de simples bungalows avec eau froide et électricité disponible entre 17h et 7H (générateur). A 100 Baths la nuit, l’hébergement est sommaire, il fallait s’y attendre. On peut même apercevoir les rampants et autres bestioles à travers le parquet, Brrrr. Une fois débarrassés de nos sacs à dos, nous prenons la route de la plage et constatons très rapidement que, sans soleil, les journées vont être longues… A ceci nous rajouterons les déchets dus aux réfections des restaurants  (en vue de la haute saison) qui jonchent la plage. Tout cela nous conduit très loin des paysages de cartes postales. Pour rejoindre le TAT le plus proche (bureau touristique), 2 solutions : traverser de nouveau la jungle ou passer “par la plage” (uniquement pas marée basse). Nous choisissons la 2ème option afin de varier les paysages. En plein milieu de la traversée, PATATRAS, des trombes d’eau se mettent à tomber. Pensants que cela serait passager, nous attendons à l’abris des rochers pendant une quinzaine de minutes avant de nous résigner à se faire tremper jusqu’aux os. Pour vous aider à imaginer la quantité d’eau, nous avons bien faillit perdre nos chaussures dans du sable devenu “mouvant”. L’île est un énorme spot d’escalade. Après quelques clichés des courageux grimpeur nous décidons à notre tour de prendre la route du plus haut point de vue de l’île accessible par une voie raide et boueuse (je vous rappelle qu’il pleut des cordes !!). Tels des petits singes, nous escaladons les parois en nous aidant, quelques fois, des cordes mises à disposition. Les efforts valent le coup et nous permettent d’obtenir une meilleure visibilité des alentours. Nous passerons le reste de la journée à marcher du coté de Railay Est. La nuit tombe très vite, nous sommes sales et décidons de nous arrêter manger (la honte !). Ce n’est qu’une fois sortis de table que nous pensons à notre retour au bungalow, aie. Un orage éclate allant jusqu’à couper l’électricité de la ville. Nous ne sommes pas beaucoup couverts et marée haute oblige, nous allons devoir passer par la jungle ! Nous achetons en catastrophe une lampe torche de fortune et protégeons notre sac à dos avec un énorme sac poubelle, gentiment offert par un restaurateur qui a eu pitié de nous.

C’est dans une ambiance étrange que nous passerons les 30 minutes suivantes. Il fait nuit noire, nous ne savons pas combien de temps va durer la pile de notre lampe et les bruits de la jungle sont parfois inquiétants (singes, vent et oiseaux tropicaux).

*

Le lendemain, la décision est prise, nous quitterons Railay plus tôt que prévu ! Il nous reste donc une journée pour explorer un maximum.

Lors de notre excursion de la veille nous avions pu observer au loin une sorte de lagon dont les eaux turquoises ressemblent ENFIN aux paysages tant attendus ! Un autel quelque peu étrange attise les foules, celui de la fertilité ! On y voit alors une multitude de phallus de toutes tailles et de toutes couleurs. Les gens se pressent pour toucher voire embrasser les précieux organes masculins. Nous profitons de ces instants de baignade tranquille, loin de tout. C’est alors qu’un bateau arrive “vomissant” une bonne quarantaine de touristes venus observer les lieux le temps d’une escale. Il est temps de partir !

4b970d076ec22b35e716c5c7278c1c98

Nous rejoignons les taxis-boat afin de regagner la terre ferme et le port de Krabi pour le retour, en bus, direction Bangkok. La fin approche, il ne reste que 3 jours en Thaïlande !

Exprime toi !

%d blogueurs aiment cette page :